Présentation de la démarche

Il est recommandé à tous les fabricants de menuiseries extérieures d’adhérer à cette démarche volontaire d’étiquetage énergétique afin :

  • D’imposer cette méthode commune comme la référence nationale à échéance 2014,
  • De permettre dès aujourd’hui de sensibiliser et d’éduquer tout professionnel (fabricants, revendeurs et installateurs poseurs) et au client final à la lecture et à la compréhension de cette nouvelle étiquette.

La méthode e2mf, élaborée par un groupe d’experts de la filière fenêtres et portes extérieures, définit une étiquette énergétique basée sur des calculs thermiques dynamiques des besoins énergétiques (chauffage, refroidissement) sur un bâtiment de référence.

Les hypothèses de calcul prises en compte dans la méthode e2mf portent

  • Sur un bâtiment de référence : composition du bâtiment, orientations, surface vitrée, composition des murs, températures de consigne correspondant à celles de la RT en vigueur, caractérisation des fenêtres avant rénovation.
  • Sur les données climatiques.

La méthodologie de l’étiquette énergétique

Il s’agit d’exprimer les besoins en énergie du bâtiment par des régressions linéaires, fonction des propriétés de la fenêtre. Pour limiter le nombre de combinaisons à calculer, un plan d’expérience a été utilisé. De même, au vu des équations pour simplifier l’étiquette finale, il a été décidé de regrouper les zones climatiques de la règlementation thermique en 3 zones pour la France Métropolitaine.

Le principe de calculs communs
L’étiquette énergétique se positionne sur le marché de la rénovation pour le logement résidentiel. Afin d’obtenir des classes comparables dans toutes les zones climatiques, le bilan énergétique annuel servant à la définition des classes est choisi comme le pourcentage d’économies d’énergie induites par le remplacement de menuiseries extérieures faiblement performantes (menuiserie de référence) par les menuiseries du modèle évalué.

Télécharger l'outil de calcul e2mf